Affiche Stones 2
Biographies

Et si on parlait des Rolling Stones ? #2

Hello Folk’s,

Nous les avons laissés en 1966, au moment où ils sont au top avec leur dernier titre explosif : ‘(I can’t get no) Satisfaction !’ et leurs deux derniers formidables albums :

  • Out of our Heads,
  • Aftermath.

Le succès a un pouvoir euphorisant, mais après trois années d’une vie sur les routes et scènes du Monde, le groupe est totalement carbonisé… de plus, il reste un petit problème à régler : la mégalomanie, les excès et la dépression du leader et fondateur du groupe : Brian Jones.

Voici la suite !

Les années fastes (1966 – 1971):

  • Bill : ‘Charlie était marié et passait sa nuit au téléphone… Mick et Keith restaient à l’hôtel pour composer… Brian et moi, on allait en ville draguer les filles et s’amuser’.
  • Charlie : ‘Brian était vraiment le catalyseur du groupe… mais Mick est devenu plus populaire’… puis, ‘on s’est retrouvés à répéter sans Brian’… enfin, ‘il s’est mis à boire, il a pris des drogues dures, et il est mort.’
  • Le 3 juillet 1969, Brian Jones est retrouvé noyé dans sa piscine… deux jours plus tard, les Rolling Stones sont en concert à Hyde Park devant 500 000 personnes. Brian laisse alors la place au guitariste virtuose Mick Taylor.
  • Bill (à propos de Hyde Park) : ‘L’ambiance était magnifique, Londres était vide, tout le monde était venu écouter’.
  • En 1968/1969, la concurrence est féroce… c’est l’apogée des années Rock : Jimmy Hendrix, The Doors, The Who. En représailles, les Beatles sortent The White Album et les Stones se surpassent avec Beggars Banquet, puis Get your ya-ya’s Out ! et Let it Bleed.
  • Keith (à propos de la tournée aux US en 1969) : ‘il n’y avait pas de flics… ils étaient tous au Vietnam… seuls les Hell’s Angels faisaient vraiment la loi’.
  • Mick : à Altamont, ‘il n’y avait tout simplement pas d’organisation. Tout le monde à San Francisco était si gentil… on pensait que ça se ferait dans le même esprit et ça n’a pas été le cas’.
  • Charlie : ‘je me souviens avoir parlé à quelques gars des Hell’s Angels, de vrais durs… puis ils ont commencé à les frapper… et j’ai pensé : mieux vaut ne rien dire parce-qu’ils vont me frapper aussi’.
  • En 1971, les Stones sont installés dans le sud de la France, à Villefranche-sur-mer, où ils enregistrent leur chef d’oeuvre : Exile on Main Street.
  • Bill (à propos de l’exil en France, 1971): ‘Quand on a quitté l’Angleterre pour la France, on n’avait pas d’argent… on est redevenus des malfrats accusés de fuir les impôts’.

Les années sombres (1972-1977):

  • Keith : ‘sur le plan musical, j’adorais travailler avec Mick Taylor… mais certains mecs sont des joueurs d’équipe… et d’autres, pas moyen de vivre avec ces enfoirés’.
  • Keith : ‘je suis allé faire un tour chez Ronnie. J’arrive et il y a de la bonne Musique et je n’ai pas grand chose à faire… je me dis : je pourrais passer la nuit ici… et je suis resté 4 ou 5 mois’.
  • En 1976, Ronnie Wood, le guitariste des Faces, rejoint les Stones.
  • Ronnie : ‘Je suis monté sur scène le jour de mon anniversaire, avec 125 000 accords qui se bousculaient dans ma tête’.
  • Au milieu des années 70, les Rolling Stones jouent dans des stades immenses, et leurs hits du moment s’appellent ‘Angie’, ‘It’s Only Rock’n’roll’, ‘Hot Stuff’, ‘Fool to Cry’,… mais Keith traverse une abominable période… il a perdu son fils (peu après sa naissance), il s’est mis à l’héroïne, il se brouille sérieusement avec Mick et il n’a plus l’inspiration.
  • En Février 1977, Keith est arrêté en état de défonce avancée dans un hôtel de Toronto… il risque sept ans de prison…
  • Keith (à propos de Toronto) : ‘Pour m’arrêter, ils devaient d’abord me réveiller, ce qui leur à déjà pris près de deux heures’.
  • Dans cette période craignos, c’est Mick qui prend la main et qui va assurer le maintient du groupe au sommet.
  • Charlie : ‘la seule manière de faire des tournées, c’est de s’y jeter à corps perdu’.
  • Mick : ‘C’est une vie impitoyable si on est tout seul. La seule chose à laquelle il faille s’accrocher, c’est la famille’.

La renaissance (1978-1982):

  • Heureusement, en 1979/1980, les Stones s’adaptent à l’air du temps et expérimentent de nouvelles Musiques (Funk, Reggae, Jazz)… et le succès est de retour avec deux albums du renouveau : Emotional Rescue et Tatoo You.
  • Pourtant les tensions va encore monter d’un cran au sein du groupe… Mick avait pris le lead pendant les années d’errance de Keith… après sa résurrection, c’est le clash entre les deux piliers du groupe : ces deux-là ne vont plus se parler pendant plusieurs années.

La suite, c’est ici

Retour au Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *