Pépites

Une pépite du dimanche soir : ‘Song for Zula’ de Phosphorescent

Matthew Houck, alias Phosphorescent, est un musicien-interprète américain, né le 27 juillet 1980 à Huntsville (Alabama), tout proche de l’état du Tennessee où il est actuellement installé, à Nashville.

Avec déjà 9 albums au compteur, on peut dire qu’il n’aura pas perdu de temps avant de se faire connaître et de laisser aller son esprit libre et indépendant… et c’est exactement ce que vous allez entendre sur cette merveille, ‘Song for Zula’, un titre ‘à part’… fragile, sincère et attachant… savamment construit autour de mélodies & harmonies qui vont vous émouvoir au plus haut point tout au long de ces 6min:10sec de pur bonheur.

Cette chanson atypique est donc un titre marquant, à retrouver sur l’album ‘Muchacho’ (2013), et choisi par plusieurs réalisateurs dont le génial Xavier Dolan (Les Amours Imaginaires, Mommy, Juste la Fin du Monde,…) pour accompagner le générique de fin de ‘Matthias et Maxime’ (2019).

Elle est aussi présente dans la BO de films/séries aussi différents que ‘The Amazing Spiderman 2’ ou ‘Superstore’, ou encore dès le 1er épisode de la série documentaire anglaise d’Alan Curtis ‘Can’t Get You Out Of My Head’ (2021).

Une chanson, qui en a fait couler des larmes dans les salles obscures et qui restera dans les mémoires de nombreux mélomanes à travers le monde.

Bonne écoute… et bonne crise de larmes (de joie ??) !!

(photo :  Johannes Plenio)

Song for Zula

Some say love is a burning thing

That it makes a fiery ring

Oh but I know love as a fading thing

Just as fickle as a feather in a stream

See, honey, I saw love,

You see it came to me

It puts its face up to my face so I could see

Yeah then I saw love disfigure me

Into something I am not recognizing

See the cage, it called. I said, come on in

I will not open myself up this way again

Nor lay my face to the soil, nor my teeth to the sand

I will not lay like this for days now upon end

You will not see me fall, nor see me struggle to stand

To be acknowledged by some touch from his gnarled hands

You see the cage it called. I said, come on in

I will not open myself this way again.

You see the moon is bright in that treetop night

I see the shadows that we cast in the cold clean light

I might fear I go and my heart is white

And we race right out on the desert plains all night

So honey I am now, some broken thing

I do not lay in the dark waiting for day here

Now my heart is gold, my feet are right

And I’m racing out on the desert plains all night

So some say love is a burning thing

That it makes a fiery ring

All that I know love as a caging thing

Just a killer come to call from some awful dream

And all you folks, you come to see

You just to stand there in the glass looking at me

But my heart is wild, and my bones are steel

And I could kill you with my bare hands if I was free

Retour au Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *