se lever tôt et voir le lever du jour... vue de crête...
Pépites

Histoire d’une chanson : Lavilliers chante ‘If’ de Rudyard Kipling…

Cette version du poème ‘If’, chantée par Bernard Lavilliers, est celle du romancier-biographe Français André Maurois.
Une mise en Musique mélodieuse/originale/touchante… magnifiquement interprétée, orchestrée… et pourtant c’est un titre peu connu du grand public (seulement 280 000 vues You Tube).
Pour la petite histoire, sachez que Lavilliers est accompagné au piano par son ami, Sebastian Santa Maria, pianiste-compositeur Helvético-chilien (1959-1996).
Un duo que l’on retrouve tout le long de l’album If… et en particulier, pour le magistral ‘Cri d’alarme’ qui termine cet très bel album, sorti en 1988.
C’est en 1909 que Rudyard Kipling écrit ce poème, pour son fils, John, alors âgé de 12 ans… mais ce dernier meurt au combat à l’âge de 18 ans, lors de la grande guerre, en 1915, en France.
Pour aller un peu plus loin, je vous propose ci-dessous le texte original, en anglais.
J’ai osé numéroter les vers dans leur ordre d’apparition au cours de la chanson, et ceci pour démontrer une seule chose : cette traduction est parfois très éloignée du texte original, mais elle dit tout, voire encore plus… et c’est pour ça qu’elle est GENIALE !!

 

IF

12) If you can keep your head when all about you
    Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you
    But make allowance for their doubting too,
7) If you can wait and not be tired by waiting,
    Or being lied about, don’t deal in lies,
5) Or being hated, don’t give way to hating,
   And yet don’t look too good, nor talk too wise.
10) If you can dream—and not make dreams your master,
    If you can think—and not make thoughts your aim,
11) If you can meet with Triumph and Disaster
    And treat those two impostors just the same,
6) If you can bear to hear the truth you’ve spoken
    Twisted by knaves to make a trap for fools,
1) Or watch the things you gave your life to, broken,
    And stoop and build ’em up with worn-out tools.
2) If you can make one heap of all your winnings
    And risk it on one turn of pitch-and-toss,
3) And lose, and start again at your beginnings
    And never breathe a word about your loss,
4) If you can force your heart and nerve and sinew
    To serve your turn long after they are gone,
   And so hold on when there is nothing in you
    Except the Will which says to them: ‘Hold on!’
8) If you can talk with crowds and keep your virtue,
    Or walk with Kings—nor lose the common touch,
9) If neither foes nor loving friends can hurt you,
    If all men count with you, but none too much,
If you can fill the unforgiving minute
    With sixty seconds’ worth of distance run,
13) Yours is the Earth and everything that’s in it,
    And—which is more—you’ll be a Man, my son!

 

Retour au Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *